Interview d’un digital nomad

Le mode de vie d’un digital nomad peut être abstrait et difficile à imaginer tant que nous ne tentons pas l’expérience. Aujourd’hui, nous avons décidé d’interviewer un digital nomad afin que vous puissiez avoir un second avis.
Notre interviewé est Marco Genaro Palma.

Interview d'un digital nomad

1) Peux-tu te présenter ?

"Je suis Genaro Palma, argentin-italien et j’ai 27 ans. Je suis expert en référencement SEO et développeur."

2) Qu’est-ce qui t’as poussé à devenir un digital nomad ?

"D’une certaine manière, je suis devenu nomade avant de devenir digital. Ma ville c’est une ville universitaire et cela m’a poussé à commencer des études en droit que je n’ai jamais fini. Rapidement, je me suis rendu compte que je m’ennuyais de la vie classique, que j’avais besoin de plus.

De ce fait, j’ai décidé de partir en France et en Espagne. J’ai voyagé entre 3 et 4 ans avant de découvrir le “monde digital”. Dès que j’ai commencé à m’intéresser à ce domaine, j’ai su que c’était exactement ce qu’il me fallait pour pouvoir mener la vie que je voulais."

3) Qu’est-ce que tu préfères dans ce mode de vie particulier ?

"Le principal avantage, c’est sans doute la liberté. Le fait de travailler d’où je veux, quand je veux et spécialement, le fait d’avoir le contrôle sur ma propre vie. Mais, aussi, le fait d’avoir une vie très intense et dynamique."

4) Rencontres-tu des personnes quand tu voyages ? As-tu encore des contacts avec eux ?

"Bien sûr. Quand on commence à voyager on se fait rapidement des amis partout dans le monde (surtout lorsque qu’on est une personne sociable).

Personnellement, je garde contact avec toutes les personnes que j’ai rencontrées. Je pense qu’avec tous les réseaux sociaux, nous sommes de plus en plus près les uns aux autres."

5) Quel est ton programme de voyage en tant que digital nomad ?

"Vu que ne suis pas un grand fan de l’hiver, j’essaie d’avoir au moins 9 ou 10 mois d’été ou printemps à l’année.

Pour cette raison, je passe environ 5 mois en Argentine ou dans d'autres pays d'Amérique par an (normalement de Novembre à Mars, Avril maximum) et le reste du temps entre l’Europe et Bali."

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4fac-compressor

6) De manière professionnelle et personnelle, est-ce que devenir un digital nomad change ta façon de voir les choses ?

"Oui, beaucoup. Je trouve qu’être digital nomad, c’est renoncer à notre zone de confort et à une “vie normale” pour gagner en expériences et en intensité dans notre vie."

7) À quoi ressemble une journée typique pour toi ?

"Je ne me réveille pas forcément à la même heure tous les matins. En fonction d’où je suis, soit je bois mon maté (infusion traditionnelle que presque tous les argentins boivent) chez moi ou je vais prendre le petit déjeuner dans un café. Ensuite, je commence à travailler jusqu’à 13:00 afin de faire un petit break pour le déjeuner.

Vers 14:00 je reprends le travail jusqu’à que je finisse toutes mes tâches quotidiennes (normalement au alentour de 16:00/17:00). Ensuite, je profite du temps libre pour :

  • aller à la plage
  • boire quelques verres avec des amis
  • découvrir une nouvelle ville
  • planifier un nouveau voyage
  • dîner dans un restaurant"

8) Combien d’heures travailles-tu par jour ?

"Dans les périodes calmes, je travaille environ 6 heures par jour, tandis que dans les périodes les plus difficiles je travaille jusqu’à 10 heures par jour."

9) Pour toi, qu’est ce qui est le plus intéressant dans le travail à distance ?

"C’est très intéressant de travailler avec des clients à des endroits différents et avec des problématiques différentes. Le fait de devoir s’adapter aux différents pays et secteurs c’est toujours un défi."

10) Le fait d’être dans une nouvelle ville dans un nouveau pays est-ce une distraction au travail ? Ou au contraire une motivation pour travailler ?

"Lors des deux premiers voyages, le fait d’être dans une nouvelle ville est souvent une distraction. Je pense que nous partons sur la base que l’on sera dans cette ville seulement une fois. Il faut donc tout faire dans la ville : activités, visites de monuments, soirées etc...

Lors du troisième ou quatrième voyage en tant que digital nomad, je pense que nous commençons à mieux gérer le fait de travailler et voyager en même temps. Nous nous rendons compte qu’il est possible de revenir ou rester dans un pays tout le temps que nous le souhaitons. De plus, avec l’expérience, nous nous rendons compte qu’il vaut mieux s’occuper du travail en priorité car cela permet de mieux profiter de la ville sans soucis."

Image d’iOS

11) Penses-tu que le digital nomadisme va se développer durant les prochaines années ?

"Grâce aux expériences du travail à distance lié au Covid-19 et le confinement, je pense que de nombreuses personnes se sont rendu compte qu’ils pouvaient travailler de chez-eux ou se lancer dans l’entreprenariat. Je suis sûr que cela aidera au développement du digital nomadisme."

12) Quels sont tes conseils pour une personne souhaitant devenir digital nomad ?

"Pour moi, je pense qu’un futur digital nomad doit :

  • Se mettre à fond sur une branche du marketing ou sur du développement et essayer de trouver ses premiers clients.
  • S’assurer d’avoir un revenu minimum avant de commencer à voyager.
  • Ne pas viser toujours les endroits le plus “trendy” ou à la mode. Il y a beaucoup d’endroits qui ne sont pas chers et qui peuvent être une très bonne première expérience, comme par exemple : Les Balkans, le Brésil, le nord de l’Italie etc..."

13) Penses-tu que le mode de vie digital nomad soit compatible avec le travail dans une grande entreprise ?

"Je pense que oui, que cela est possible. Les entreprises ont autant à gagner que les salariés avec le digital nomadisme."

14) Quels sont tes projets pour l’avenir ?

"Dans le domaine du voyage, j'aimerais bien profiter de la plage et de la nature, comme par exemple à Bali, aux Caraïbes ou au Brésil… Je me sens bien dans ce type de destinations.

Dans le domaine professionnel, je voudrais développer davantage mes compétences dans le SEO et le développement de sites SEO-friendly optimisés pour les Signaux Web Essentiels de Google."

15) Où te vois-tu dans 10 ans ? Seras-tu encore un digital nomad ?

"Je pense que oui. J’ai vraiment du mal à m’imaginer dans une vie moins intense et passer tout le temps dans le même endroit.

Je crois que je resterai nomade, mais en même temps, j’aurai une base quelque part dans le monde et je passerai des périodes plus longues dans chaque pays."

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5075-compressor

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !